Les mosquées continuent à être la cible d’attaques islamophobes

0

Que ce soit dans le Vaucluse la semaine passée, ou en Meurthe-Et-Moselle, en avril dernier, les mosquées continuent à être la cible d’attaques islamophobes. Ces actes de vandalisme, si elles ne font pas de victimes, se caractérisent par une violence inouïe dans leur mode opératoire. Tentatives d’incendies et tirs à balles réelles ont visés les deux lieux de culte. 

Des sites musulmans ciblés par des coups de feu et des incendies

Dans la nuit du dimanche 6 juin au lundi 7 juin, c’est à Carpentras dans le Vaucluse, qu’une mosquée  a été prise pour cible. Le lendemain matin,  les ouvriers qui travaillent sur le chantier ont découvert un impact de balle sur l’une des fenêtres du premier étage du bâtiment.  Un coup de feu a donc bien été tiré durant la nuit en direction de la future mosquée.

Les dirigeants de l’association Amitié Fraternité Musulman de Carpentras ont décidé de déposer plainte auprès des services de police. Le responsable de la mosquée s’est directement mis en relation avec le CCIF qui l’accompagne dans ses démarches auprès des autorités locales.

Ces modes opératoires sont d’autant plus inquiétants que les mosquées ciblées font souvent face à des attaques à répétition. Ainsi, en 2013, la mosquée de Carpentras avait déjà été la cible d’inscriptions racistes et de croix gammées sur plusieurs de ses murs. En 2005, elle avait également été attaquée par deux hommes qui avaient lancé une bombe artisanale pendant une prière réunissant une vingtaine de fidèles. Personne n’avait été blessé. Mais les faits parlent d’eux-mêmes. Il est crucial que les instances judiciaires prennent la mesure de la violence de ces agressions et de l’acharnement islamophobe auquel font face certaines mosquées.

La salle de prière de Pargny-Sur-Saulx en Meurthe-Et-Moselle a quant à elle été ravagée par un incendie volontaire dans la nuit du 23 au 24 avril. Cinq individus ont depuis été interpellés

Nos recensements des actes de vandalisme sur des sites musulmans dénotent en effet cette constance : ces attaques s’illustrent par des récidives à l'encontre des mosquées, dont la violence va crescendo.

Le Conseil Régional du Culte Musulman de la région PACA a  condamné « une attaque lâche qui a visé un lieu de prière et de recueillement ». De son côté, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a condamné avec une « extrême fermeté » cette agression dans un communiqué. Si cette prise de position est à saluer, nous attendons de la justice une posture tout aussi intransigeante sur ces attaques islamophobes. Les condamnations, lorsqu'elles ont lieu sont trop souvent clémentes et peu dissuasives. 

Dispositif de protection des lieux de culte

Sur ce plan, lundi dans la matinée, Bernard Cazeneuve a tenu à renouveler son engagement à l’occasion de l’instance de dialogue avec le culte musulman à laquelle le CCIF était convié.

Il a confirmé le maintien d’une sécurité renforcée autour de mille lieux de culte. L’enveloppe budgétaire accompagnant ce dispositif s’élève à 9 millions d’euros. Elle permettra d’investir dans des équipements de sécurité et d’assurer un meilleur suivi des plaintes. Cela facilitera la constitution d’un bilan des condamnations pour une meilleure évaluation de la réponse judiciaire. Le Ministre de l’Intérieur a par ailleurs déploré que les victimes d’islamophobie soit « sous-estimée, parce que trop de victimes hésitent ». 

Il est en effet nécessaire que les victimes d’islamophobie portent systématiquement plainte afin d’avoir une meilleure prise en compte du fléau islamophobe par les pouvoirs publics.

Toute expression de haine restée impunie envers une personne ou une institution en raison de son appartenance à une religion réelle ou supposée est une menace envers notre vivre-ensemble, qu’il convient pourtant de protéger à tout prix. 

Crédit Photo : ledauphine.com

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.