Interdites de vote...car elles portaient le foulard

4

À Paris, Plaisir et Nice, des femmes portant le foulard ont été empêchées de voter lors du premier tour de l’élection présidentielle. Si certaines, après une intervention bienheureuse, ont finalement pu glisser un bulletin dans l’urne, d’autres ont tout simplement été privées de l’exercice de l’un de leurs droits les plus fondamentaux. En cause? Une application erronée de la laïcité, nourrie par l’islamophobie ambiante.

C’est, par exemple, le cas de Soraya B.* qui, après maintes tentatives de négociation, est finalement rentrée bredouille le soir du 23 avril 2017. Alors qu’elle en avait parfaitement le droit, elle n’a pas pu participer à cette élection particulièrement importante. Dans son bureau de vote des Yvelines, l’assesseur a en effet conditionné l’exercice de son droit de vote au retrait de son foulard, ce qu’a formellement refusé l’intéressée. Comme les autres femmes ayant essuyé ce type de refus, Soraya s’est sentie « humiliée »,  et confuse d’être traitée ainsi « devant {sa} fille qui {lui} demandait ce qui se passait. » Elle a saisi le Collectif Contre l’Islamophobie en France. 

Contrairement à ce qu’ont prétendu certains responsables de bureau, qui ont visiblement confondu les lois ou qui se sont permis de les étendre selon leur propre bon vouloir, les usagers doivent être traités de la même manière quelles que soient leurs convictions. Ainsi, absolument rien n’empêche une femme portant le foulard de voter.

Le CCIF, qui a été saisi d’au moins 3 cas similaires et qui craint que d’autres femmes en France aient subi le même traitement, en appelle aux autorités publiques pour qu’un rappel à l’ordre soit adressé à tous les bureaux de vote.

Il est inacceptable que des femmes soient ainsi humiliées et privées de leurs droits au seul motif qu’elles portent le foulard.

Alors que nous nous apprêtons à célébrer le 72e anniversaire du premier vote des femmes en France, ces affaires viennent nous rappeler qu’il nous reste bien du travail pour garantir qu’aucune femme ne soit écartée de la vie publique en raison de son sexe, de ses choix vestimentaires, de son origine ou de sa religion.

Les conquêtes d’égalité ne sont achevées que lorsqu’elles concernent toute la population visée, sans aucune distinction.

*le prénom a été modifié

Commentaires

Scandaleux, j'espère qu'elles obtiendront justice. Incroyable qu'en 2017 une telle ségrégation puisse être pratiquée
Salam alaykoum. J'habite aussi à Plaisir. Le president du bureau de vote a demandé à ma maman d'enlever son voile alors même qu'elle n'était pas arrivée à son niveau. La circulaire de janvier 2017 que chaque mairie a reçu dans sa page 14 stipule bien que l'on peut voter avec son voile sans etre plus controlée que cela. J'essaye d'obtenir des excuses de la part de ce monsieur car il a mis mal à l'aise mes parents mais je suis confrontée à un mur. Que puis-je faire? C'est honteux.
Il m'est déjà arrivé d'être présidente de bureau de vote et, en tant que tel, on doit vérifier l'identité de toutes les personnes qui viennent voter, à partir de la photo de leur carte d'identité ou de leur passeport. Il faut avouer que parfois, ce n'est pas facile avec le foulard. Ceci dit, je n'ai jamais demandé à une femme d'enlever son foulard alors qu'il m'est arrivé de demander à des hommes d'enlever leur chapeau ou leur casquette. J'ai aussi été enseignante en Egypte. Au moment des examens, les profs devaient également vérifier l'identité des étudiants et quand on avait un doute sur certaines étudiantes, une enseignante de confession musulmane (ce qui n'est pas mon cas) allait aux toilettes avec l'étudiante en question pour lui faire enlever son voile et vérifier ainsi son identité, en dehors du regard des autres. Est-ce que vous accepteriez ce procédé pour les élections plutôt que de faire ôter le voile en public ?
J'ai trouvé cet article sur Facebook, partagé par l'amie d'une amie. Je suis profondément choquée. Chaque citoyen français a le droit, voire même le devoir d'aller voter. Bon, je vous le dis tout de suite, je suis une fervente catholique, je prie tous les jours, je vais à la messe tous les dimanches. Mais pourquoi les femmes musulmanes ne pourraient pas avoir le droit de voter ? Nous sommes dans une société laïque, chacun est libre de croire ou pas, de manifester sa religion, à condition que ce ne soit pas ostentatoire et qu'il ne fasse pas de prosélystisme, c'est-à-dire qu'il n'essaie pas de contraindre les autres à sa religion. Donc oui, nous sommes Français, quelle que soit notre religion, nous allons voter ! (Et s'il vous plaît les femmes musulmanes qui portent le voile, ne l'enlevez pas !!! C'est cela la République laïque)

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.