Un nouveau président face à l’islamophobie

0

Près de la moitié des électeurs qui ont voté pour Emmanuel Macron, ce dimanche 7 mai 2017, l’ont aussi fait en opposition à Marine Le Pen.

Si elle renseigne en partie sur l’engouement mitigé pour le programme du fondateur d’En Marche, cette donnée permet surtout de prendre la mesure de l’importance du “barrage républicain” pour des millions de français-e-s.

Beaucoup se sont ainsi déplacés avec la ferme intention de ne pas laisser le racisme et la xénophobie assumés du Front National gouverner le pays.

Cela étant posé, la logique voudrait que le mandat d’Emmanuel Macron soit (enfin) l’occasion d’une véritable lutte contre les racismes en général et l’islamophobie, en particulier.

Après les slogans et les nombreux appels de l’entre deux tours contre ce que représente l’extrême droite, la cohérence voudrait que le nouveau gouvernement fasse effectivement rempart, dans les actes et les pratiques, aux discriminations et discours racistes.

Ce n’est pas parce que Marine Le Pen n’a pas été élue que le racisme a instantanément disparu. Loin de là. Il existe en France - et la présidence de François Hollande n’a hélas rien fait pour atténuer cette réalité - des continuations et des validations institutionnelles du racisme, qui se manifestent de manière aussi brutale qu’insidieuse.

Pour ne parler que de l’islamophobie, entre la garde à vue de #Ahmed8ans, les perquisitions abusives, les restrictions de droits et de libertés touchant spécifiquement les citoyens de confession musulmane, les Unes stigmatisantes des principaux médias, les discours méprisants et les discriminations quotidiennes à l’encontre des musulman-e-s, ces dernières années ont été particulièrement difficiles.

Malgré la volonté affichée par la précédente majorité PS de lutter contre cet état de fait, les inégalités restent criantes et le degré de discriminations alarmant.

Alors que penser, sur le fond, de la promesse d’Emmanuel Macron de « faire de la lutte contre les discriminations une priorité nationale » ? Qu’il s’agit effectivement là d’une nécessité absolue et qu’il lui appartiendra de transformer cette déclaration en un réel projet et des politiques publiques efficaces et réalistes.

À ce titre, le Collectif Contre l’Islamophobie en France rappelle les 8 préconisations majeures émises dans son rapport 2017 :

  • Cesser la stigmatisation des communautés musulmanes, et en particulier celle des femmes voilées dans les discours. Intégrer cette diversité d’appartenance, y compris dans les campagnes de communication.

  • Sanctionner les décisions islamophobes prises par des fonctionnaires au mépris du droit, même lorsqu’ils font partie du gouvernement.

  • Rendre public les taux d’élucidation, d’instruction et de condamnation pour toutes les catégories d’actes racistes.

  • Mettre fin au ciblage confessionnel des musulmans dans le cadre des programmes de lutte anti-terroriste.

  • Mener de larges programmes de prévention et de formation au sein des services publics, sur la base des avis rendus par l’Observatoire de la laïcité, afin d’éviter en amont des actes de discrimination conduisant à la mise en cause de l’Etat.

  • Réaffirmer la primauté de l’Etat de droit, en clarifiant les critères objectifs d’inclusion/exclusion des associations, personnes, structures à tendance religieuse.

  • Améliorer l’accueil des victimes dans les commissariats.

  • Dresser un bilan des lois de 2004 et 2010, par le biais d’une commission parlementaire mixte, incluant les universitaires et la société civile.

Il y a là de quoi faire pour un Président qui a fait campagne sur le renouvellement du personnel, du paysage et des pratiques politiques.

De son côté, comme c’est le cas depuis sa création en 2003, le CCIF veillera à consolider jour après jour ce “barrage républicain” dont tout le monde parle, par son travail de terrain, de prévention et de défense des droits.

Nous continuerons à dénoncer les abus lorsqu’ils se présentent, tout en saluant les avancées lorsqu’elles se manifestent, à accompagner les victimes, à trouver des solutions face aux discriminations et à être force d’initiative et de progrès.

Nous invitons toutes celles et ceux qui veulent nous aider à renforcer ce travail titanesque et à venir nous rejoindre, en adhérant ou en devenant bénévoles !

Le CCIF, en idées et en actions, demeure au service de tous.

Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 

Sur le même sujet

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

© 2016 CCIF. Tous droits réservés.